Créer mon blog M'identifier

La peur

Le 15 mai 2014, 21:34 dans Humeurs 0

Depuis quelques temps, ma peur a changé de forme. Avant, elle était deux mains enserrant mes épaules, m'oppressant, me faisant me sentir infiniment petite. Une peur qui m'empêchait d'avancer, qui me clouait sur place. Maintenant, c'est différent. Ma peur est un voile sombre autour de mon coeur, un voile qu'il ne tient qu'à moi de soulever. Je ne sais pas exactement pourquoi ma peur s'est métamorphosée, quel a été le déclic. Ce que je sais, c'est que je me sens plus vivante. Peut-être même trop vivante, cette frénésie m'empêche parfois de dormir. Comme si tout ce que ces mains avaient réfréné pendant des années voulait sortir, s'enfuir, rattraper le temps perdu.

J'ai toujours peur. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut faire disparaître d'un claquement de doigt, je sais qu'elle est toujours là. Mais je me sens prête à l'affronter, chaque jour de ma vie. Sans peur, quel serait le mérite ? J'essaye de ne pas aller trop vite, de ne pas foncer tête baissée. Je suis mon chemin, doucement, pas à pas. Je pose les briques de mon futur. Je réfléchis à ce que je veux faire de ma vie, à ce que je veux créer. Je ne me dis plus que je n'en suis pas capable avant même d'avoir essayé.

Je veux manier les mots. Je veux croire en la magie. Je veux escalader le monde.

 

 

Photo de Ola Harström

La suite

Le 1 mai 2014, 00:51 dans Humeurs 0

Je n'ai pas envie de parler de ma vie en fait. Je me sentirai trop égocentrique, et je ne suis pas sûre que ce soit ce que je veux. Ce que je veux, c'est ne plus me retourner sans arrêt. Ce que je veux, c'est arrêter de réfléchir quand ce n'est pas utile. Ce que je veux, c'est avancer. Courir le plus vite possible, sentir mon coeur libre. Faire des choses parce que j'en ai envie. Je ne sais pas ce dont j'ai envie. On me propose plein de choses qui seraient "biens". Des choses que tout le monde fait, comme s'il y avait un chemin à suivre. Des choses qui te font passer pour une égoiste de première si tu ne les fais pas. Ces choses me font freiner, je les refuse de tout mon être. Mais je n'ai jamais réfléchi à ce dont j'aurais envie, moi.

J'ai envie de marcher sans savoir où je vais. J'ai envie de faire germer des histoires dans ma tête, doucement, sans forcer. A mon rythme. J'en ai assez qu'on m'impose la vitesse à laquelle je dois aller. Plus on me pousse en avant, plus j'ai l'impression de reculer. J'ai envie de comprendre la machine de mon corps, de m'assoir un instant, de lui demander pourquoi elle ne va pas bien. Pourquoi elle est triste, pourquoi elle a peur. J'ai envie de la rassurer, de lui dire de ne pas chercher à me retenir. Que je suis assez forte maintenant, assez grande. Que je veux grandir encore plus.

Je veux me sentir libre. Et j'en suis sûre à présent : je suis prête.

Le début

Le 3 avril 2014, 22:32 dans Humeurs 0


Là, à cette seconde précise, je me demande comment commencer. Quel titre donner, quoi taper sur mon clavier. Les mots ne s’enchainent pas comme je le voudrais. En fait, je ne sais même pas ce que je voudrais. C’est mon gros problème dans la vie, je ne sais pas ce que je veux, du coup je ne fais rien. Parfois je fais un pas hésitant, que je regrette aussitôt. Pourquoi ai-je créé un blog ? Ça fait plusieurs mois qu’il attend, vide de mots.

Est-ce une bonne idée ? Je pourrais raconter des bêtises, mais je n’en ai pas envie. J’ai peur que, comme tous mes projets, il finisse à l’eau. Je ne termine jamais ce que je commence, à moins d’être poussée dans le dos. Ça me donne le sentiment de n’avoir jamais rien fait d’important dans ma vie. Rien qui vaille la peine.

Ce que j’aime, c’est inventer des histoires. J’écris régulièrement, j’invente des personnages, décris leur petite vie plus ou moins tranquille… Mais écrire une histoire complète, avec un début, des péripéties et une fin, je n’y arrive pas. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Je ne m’en sens peut-être pas capable. J’ai trop peur d’échouer, alors je n’essaye pas.

J’ai l’impression qu’une force invisible me retient par les épaules, m’empêchant de m’envoler. « Reste là, c’est trop dangereux dehors. » Elle m’étouffe. Je ne me fais pas à ce monde. Je ne m’y sens pas à ma place. J’ai l’impression d’être anormale, même si je sais très bien que je ne suis pas la seule dans ce cas.

J’aimerais enfin parvenir à me défaire de mes chaînes, et plonger dans la vie une bonne fois pour toute. Mais avec moi, il y a toujours un « Mais ».

Voir la suite ≫